css gallery
12 artistes trouvés
 
 
 
 
 
 
Retour à la liste

JOHN BUTLER TRIO


En 1998, John Butler gagne sa vie en jouant dans les rues de Fremantle, ville de l’ouest australien. Il écoule à cette époque des K7 et CD autoproduits : ces petits succès lui permettront progressivement de monter sa structure indépendante « Jarrah Records », au travers de laquelle il construira sa carrière ; carrière originale et fulgurante puisque 10 ans plus tard, il est le plus gros artiste indépendant en Australie, « John Butler Trio » comptant parmi les groupes majeurs de la scène internationale. En 2004, l’opus « Sunrise Over Sea » est la première sortie indépendante à se hisser en tête des charts australiens et en 2007 « Grand National » est multi disque de platine. Le label totalise aujourd’hui près d’1 million d’albums en Australie et près du double à travers le monde. Avec son engagement auprès d’autres groupes tels que « The Waifs », Jarrah Records continue d’affirmer son soutien à la musique indépendante. Ces dernières années le retentissement international de John Butler Trio a permis au groupe de réaliser plusieurs tournées mondiales à guichets fermés et de se produire sur les scènes des plus grands festivals aux Etats-Unis, en Europe et au Japon (Coachella, Bonaroo, Lollapalooza, Glastonbury, les Eurockéennes, Fuji Rock, Big Day Out, St Gallen et bien d’autres….). UN ARTISTE AU NATUREL John Butler est à l’origine de « JB SEED ART GRANT », une fondation pour la gloire de l’art qu’il dirige avec sa femme Daniella Caruana. Financé par des donations d’horizons divers, le programme distribue plus de 100 000 $ chaque année à une trentaine d’artistes qui cherchent une aide financière afin de réaliser leurs projets artistiques. En plus de cela, ‘The JB Seed’ organise des ateliers de formation aux métiers de la musique qui réunissent novices et expérimentés de l’industrie musicale. Le sentiment de responsabilité de John Butler vis-à-vis de l’Homme et de la planète se traduit par de nombreuses actions concrètes. Il a rejoint la campagne Close the Gap se penchant sur le problème d’égalité des soins en Australie en plaidant la cause des aborigènes. IL a également apporté son soutien à « The Get Up Organisation » et « The One Organisation » qui luttent contre la pauvreté et les maladies évitables, surtout en Afrique, en mobilisant l’opinion publique autour d’initiatives efficaces. En 2003, il joue au sommet d’un arbre dans le but de faire réagir son « peuple » sur le sort de la forêt Tasmanienne. Il participe alors aux actions de « The Wilderness Society » en faveur de la protection de l’environnement. En 2010, le montant total des émissions de CO2 associé à sa tournée mondiale sera évalué et réinvesti au profit de projets de développement d’énergies renouvelables.

 
 
 
Fermer