css gallery
5 artistes trouvés
 
 
 
Retour à la liste

KHALED


Khaled voit le jour un 29 février 1960 à Sidi El Houari. Tour à tour, dès 1962, l'Algérie, fraîchement indépendante, frétille sur du twist, vibré au son psychédélique, du pop couleur, des lamentos hispaniques de Joselito, des ritournelles enamourées du rossignol brun égyptien Abdel Halim Hafez et bien d’autres. Tout cela n'est pas tombé dans l'oreille d'un sourd, mais, bien avant de devenir le roi du raï, Khaled a surtout un faible pour la chanson marocaine. Au début des années 1970, il monte un groupe Noudjoum El Khams (Les cinq étoiles) qui tiendra le coup jusqu'en 1975, sur fond de conflit algéro marocain à propos de la question du Sahara occidental. L’autre courant majeur, qui marque young Khaled, est le gharbi, un genre typiquement oranais, né au carrefour d’une pluralité musicale et d’une cohabitation sociale et ethnique et, donc, d’un croisement entre mélopées égyptiennes, mélodies du cru et bouffées d’airs occidentaux. Après une longue période d'absence et des tubes planétaires comme Didi (1992), il revient en 2009 avec Liberté. Cet opus émane de ce riche passé musical. Khaled pioche dans les souvenirs d’enfance et ouvre le livre de son adolescence, peuplé de ces artistes légendaires qui rythmaient la vie des quartiers populaires de la capitale de l’Ouest algérien, pour mieux retrouver les accents du terroir.

Fermer